• Les matières premières du ciment en Suisse
  • Les matières premières du ciment en Suisse
  • Les matières premières du ciment en Suisse
  • Les matières premières du ciment en Suisse
  • Les matières premières du ciment en Suisse
  • Les matières premières du ciment en Suisse

Le ciment joue un rôle central dans la réalisation de nombreux projets de construction et d’infrastructure. Le calcaire et la marne, les deux matières premières minérales les plus importantes pour la production de ciment, sont présentes en abondance en Suisse. Or la difficulté d'accès à ces matières premières constitue un défi majeur pour l'approvisionnement national en ciment.

En collaboration avec l'Office fédéral de l'environnement et divers autres acteurs, l'Office fédéral de topographie swisstopo a élaboré un rapport sur les matières premières du ciment et sur la production nationale de ciment. Ce rapport sert de base pour l'évaluation de l’état de l'approvisionnement de la Suisse en matières premières indigènes et encourage le dialogue national dans le domaine de l'approvisionnement en ciment.

Parties impliquées

Les principales conclusions du rapport sont résumées dans ce site web. Le rapport complet est disponible en format PDF.

L'importance du ciment dans notre société

Le ciment est indispensable pour fabriquer du béton, qui est, en raison de ses caractéristiques, le matériau le plus utilisé pour réaliser des projets de construction et d’infrastructure en Suisse.


La consommation de ciment en Suisse a été relativement constante au cours des dix dernières années, atteignant environ 4,7 millions de tonnes en 2019. La demande future en Suisse devrait se situer entre 4,3 et 5,9 millions de tonnes de ciment par an.


La production de ciment

La production de ciment est un processus industriel nécessitant beaucoup d’énergie. Après l'extraction des matières premières, qui entraîne des atteintes à la nature et au paysage, on constitue un mélange cru de calcaire, de marne et de quelques correctifs. Ce mélange est ensuite calciné à environ 1450 °C dans un four rotatif, ce qui génère un minéral synthétique nommé clinker. Le processus de calcination libère de grandes quantités de CO2. Le ciment est enfin obtenu en mélangeant le clinker broyé avec du gypse et divers additifs.

La production de ciment

La production de béton

Pour fabriquer le béton, le ciment est mélangé avec de l’eau, du gravier et du sable. Le ciment est le liant essentiel de ce mélange. La fabrication d’une tonne de béton, nécessite en moyenne 120 kg de ciment, 820 kg de gravier et de sable et 60 litres d'eau.

La production de béton

Matériaux de construction en Suisse

Dans toutes les constructions en Suisse – à l'exception des routes et des voies de chemins de fer – le béton représente la part la plus importante. Une maison individuelle ou collective est en moyenne composée d'environ 60% de béton, 25% de maçonnerie et les 15% restants de plâtre, de céramique, de bois, de métaux ou autres.

Matériaux de construction en Suisse

Consommation et besoins futurs en ciment

En 2019, la Suisse a consommé 4,7 millions de tonnes de ciment, dont 86% ont été couverts par l'industrie suisse et 14% ont été importés.

Les besoins en ciment jusqu’en 2030 ont été estimés selon un modèle qui prend en compte les développements futurs de l'activité de construction. La demande en ciment varie entre 4,3 et 5,9 millions de tonnes par an, avec une moyenne d'environ 4,9 millions de tonnes par an.


Consommation et besoins futurs en ciment

Sites de production en Suisse

Actuellement il y a six cimenteries en activité en Suisse, dont cinq sont situées le long de l'arc jurassien et une dans les Grisons. Ensemble, elles peuvent produire jusqu'à 5 millions de tonnes de ciment par an. Leur capacité annuelle totale pourrait techniquement couvrir la demande nationale de ciment prévue.


Sites de production en Suisse
  • La production de ciment

    La production de ciment est un processus industriel nécessitant beaucoup d’énergie. Après l'extraction des matières premières, qui entraîne des atteintes à la nature et au paysage, on constitue un mélange cru de calcaire, de marne et de quelques correctifs. Ce mélange est ensuite calciné à environ 1450 °C dans un four rotatif, ce qui génère un minéral synthétique nommé clinker. Le processus de calcination libère de grandes quantités de CO2. Le ciment est enfin obtenu en mélangeant le clinker broyé avec du gypse et divers additifs.

    La production de ciment
  • La production de béton

    Pour fabriquer le béton, le ciment est mélangé avec de l’eau, du gravier et du sable. Le ciment est le liant essentiel de ce mélange. La fabrication d’une tonne de béton, nécessite en moyenne 120 kg de ciment, 820 kg de gravier et de sable et 60 litres d'eau.

    La production de béton
  • Matériaux de construction en Suisse

    Dans toutes les constructions en Suisse – à l'exception des routes et des voies de chemins de fer – le béton représente la part la plus importante. Une maison individuelle ou collective est en moyenne composée d'environ 60% de béton, 25% de maçonnerie et les 15% restants de plâtre, de céramique, de bois, de métaux ou autres.

    Matériaux de construction en Suisse
  • Consommation et besoins futurs en ciment

    En 2019, la Suisse a consommé 4,7 millions de tonnes de ciment, dont 86% ont été couverts par l'industrie suisse et 14% ont été importés.

    Les besoins en ciment jusqu’en 2030 ont été estimés selon un modèle qui prend en compte les développements futurs de l'activité de construction. La demande en ciment varie entre 4,3 et 5,9 millions de tonnes par an, avec une moyenne d'environ 4,9 millions de tonnes par an.


    Consommation et besoins futurs en ciment
  • Sites de production en Suisse

    Actuellement il y a six cimenteries en activité en Suisse, dont cinq sont situées le long de l'arc jurassien et une dans les Grisons. Ensemble, elles peuvent produire jusqu'à 5 millions de tonnes de ciment par an. Leur capacité annuelle totale pourrait techniquement couvrir la demande nationale de ciment prévue.


    Sites de production en Suisse

Les gisements de matières premières ne sont pas tous exploitables

Il existe une forte demande en matériaux de construction et en matières premières pour répondre aux besoins de notre société. Cela confère un intérêt public à la garantie de l’approvisionnement de la Suisse en ciment et en ses matières premières primaires associées.

Toutefois, les gisements de matières premières ne sont pas tous accessibles et exploitables au plan économique et technique. Dans certains cas, l’accès à ces matières est limité par la législation en vigueur. L'extraction des matières premières exerce une pression sur l'environnement, le climat, le paysage et la population et engendre en conséquence des conflits d’intérêts entre protection et utilisation des ressources correspondantes.

Gisements de matières premières

Du point de vue géologique, la Suisse dispose de nombreux gisements de calcaire et de marne qui sont potentiellement appropriées pour produire du ciment. Ces gisements potentiels se trouvent dans le Jura, dans l’arc nord-alpin ainsi que dans certaines parties des Alpes méridionales.

Gisements de matières premières

Faisabilité de l’extraction aux plans économique et technique

Les cimenteries suisses sont situées à proximité des sites d’extraction des matières premières primaires nécessaires à la fabrication du ciment. Elles sont en outre bien reliées aux réseaux ferroviaires et routiers principaux et ainsi aux débouchés commerciaux. Cette proximité permet non seulement d'optimiser les coûts d'exploitation, mais aussi de minimiser les transports à longue distance et l'impact négatif qui en résulte sur l’infrastructure, la société et l'environnement.

En raison de sa taille, de sa complexité et de ses coûts d'investissement élevés, une cimenterie ne peut pas être déplacée aisément. Idéalement, des nouveaux sites d'extraction potentiels devraient être situés à proximité des usines existantes.

Les critères supplémentaires nécessaires pour garantir la faisabilité économique et technique de l’exploitation sont la qualité des matières premières, le volume disponible, et l’accessibilité du gisement. Ce dernier critère n’est pas toujours garanti, par exemple si le gisement est situé sous un village ou à haute altitude dans la région alpine.


Faisabilité de l’extraction aux plans économique et technique

Conflits d'intérêts territoriaux

Les sites potentiels d'extraction des matières premières se trouvent dans de nombreux cas en conflit avec d'autres intérêts. Dans le cas des matières premières du ciment, l’accès aux sites, leur extraction ou leur utilisation, entrent en particulier en conflit avec les zones de protection de la nature et du paysage, l’agriculture, la protection contre le bruit, la forêt, la protection de l’air, les infrastructures de transport et les eaux souterraines ainsi que les intérêts économiques locaux ou régionaux, tels que zones à bâtir, zones industrielles ou tourisme.

Cette carte montre une sélection des zones de protection du paysage au niveau national dans lesquelles l'extraction minière est exclue ou où elle peut entrer en conflit avec ces dernières.


Conflits d'intérêts territoriaux
  • Gisements de matières premières

    Du point de vue géologique, la Suisse dispose de nombreux gisements de calcaire et de marne qui sont potentiellement appropriées pour produire du ciment. Ces gisements potentiels se trouvent dans le Jura, dans l’arc nord-alpin ainsi que dans certaines parties des Alpes méridionales.

    Gisements de matières premières
  • Faisabilité de l’extraction aux plans économique et technique

    Les cimenteries suisses sont situées à proximité des sites d’extraction des matières premières primaires nécessaires à la fabrication du ciment. Elles sont en outre bien reliées aux réseaux ferroviaires et routiers principaux et ainsi aux débouchés commerciaux. Cette proximité permet non seulement d'optimiser les coûts d'exploitation, mais aussi de minimiser les transports à longue distance et l'impact négatif qui en résulte sur l’infrastructure, la société et l'environnement.

    En raison de sa taille, de sa complexité et de ses coûts d'investissement élevés, une cimenterie ne peut pas être déplacée aisément. Idéalement, des nouveaux sites d'extraction potentiels devraient être situés à proximité des usines existantes.

    Les critères supplémentaires nécessaires pour garantir la faisabilité économique et technique de l’exploitation sont la qualité des matières premières, le volume disponible, et l’accessibilité du gisement. Ce dernier critère n’est pas toujours garanti, par exemple si le gisement est situé sous un village ou à haute altitude dans la région alpine.


    Faisabilité de l’extraction aux plans économique et technique
  • Conflits d'intérêts territoriaux

    Les sites potentiels d'extraction des matières premières se trouvent dans de nombreux cas en conflit avec d'autres intérêts. Dans le cas des matières premières du ciment, l’accès aux sites, leur extraction ou leur utilisation, entrent en particulier en conflit avec les zones de protection de la nature et du paysage, l’agriculture, la protection contre le bruit, la forêt, la protection de l’air, les infrastructures de transport et les eaux souterraines ainsi que les intérêts économiques locaux ou régionaux, tels que zones à bâtir, zones industrielles ou tourisme.

    Cette carte montre une sélection des zones de protection du paysage au niveau national dans lesquelles l'extraction minière est exclue ou où elle peut entrer en conflit avec ces dernières.


    Conflits d'intérêts territoriaux

Potentiel limité de substitution des matières premières du ciment


La substitution de matières premières primaires par des matières premières secondaires est un sujet clé pour assurer l'approvisionnement de la Suisse en matières premières et boucler le cycle des matières. L'OFEV travaille avec les milieux de la recherche et de l'industrie sur des solutions visant à promouvoir et mettre en place cette substitution.

Cependant, malgré les développements technologiques, les matières premières primaires du ciment ne peuvent jusqu'à présent être substituées que de manière limitée. L’extraction de calcaire et de marne ne peut donc être compensée que de manière restreinte par l'utilisation de matières premières secondaires.

Potentiel de substitution: développements dans l'industrie du ciment

Aujourd'hui, un grand nombre de déchets de notre société sont utilisés dans les cimenteries comme combustibles secondaires et, dans une moindre mesure, comme matières premières. De ce fait, l’utilisation de combustibles fossiles comme le pétrole ou le charbon peut être réduite, et la valorisation de ces déchets permet indirectement de ménager les aires de décharge.

Le taux de substitution des matières premières du ciment a lentement augmenté pour atteindre environ 9% ces dernières années. Malgré les développements technologiques, une augmentation de ce taux de substitution ne semble que peu ou pas réalisable.

En revanche, les combustibles primaires utilisés dans le processus de production du ciment peuvent être largement remplacés. Au cours des dix dernières années, le taux de substitution est passé de 50% à près de 70%.

Les technologies de substitution du ciment dans le béton jusqu’à obtenir du béton sans ciment en sont à la phase de développement.


Le ciment provenant de matières premières indigènes pourrait devenir rare

Sur la base des réserves disponibles et de l’échéance des autorisations d'extraction en cours de validité il ressort que l'approvisionnement national en ciment issu de matières premières indigènes va diminuer sur le moyen terme, à moins que d’autres réserves puissent être identifiées et leur exploitation autorisée.

Besoins en ciment jusqu’en 2030

La demande moyenne en ciment en Suisse est estimée de 4,9 millions de tonnes par an pendant les dix prochaines années.

Besoins en ciment jusqu’en 2030

Production de ciment assurée grâce aux réserves de matières premières disponibles

Compte tenu des permis d'exploitation actuels, les cimenteries suisses ont la capacité technique de couvrir entièrement la demande intérieure de ciment jusqu'en 2022.

Faute de nouvelles autorisations d'extraction des matières premières primaires, l'approvisionnement de la Suisse en ciment indigène tomberait à environ 64% d'ici 2024, ce qui pourrait engendrer une augmentation des importations et/ou du prix du ciment.


Production de ciment assurée grâce aux réserves de matières premières disponibles

Réserves non encore autorisées

Certains projets d’extension d’exploitation minière se trouvent actuellement en cours d’élaboration au niveau cantonal et/ou municipal. Si ces projets étaient approuvés d'ici 2023, la diminution de la production suisse de ciment décrite plus haut serait repoussée à la fin 2030.

Réserves non encore autorisées
  • Besoins en ciment jusqu’en 2030

    La demande moyenne en ciment en Suisse est estimée de 4,9 millions de tonnes par an pendant les dix prochaines années.

    Besoins en ciment jusqu’en 2030
  • Production de ciment assurée grâce aux réserves de matières premières disponibles

    Compte tenu des permis d'exploitation actuels, les cimenteries suisses ont la capacité technique de couvrir entièrement la demande intérieure de ciment jusqu'en 2022.

    Faute de nouvelles autorisations d'extraction des matières premières primaires, l'approvisionnement de la Suisse en ciment indigène tomberait à environ 64% d'ici 2024, ce qui pourrait engendrer une augmentation des importations et/ou du prix du ciment.


    Production de ciment assurée grâce aux réserves de matières premières disponibles
  • Réserves non encore autorisées

    Certains projets d’extension d’exploitation minière se trouvent actuellement en cours d’élaboration au niveau cantonal et/ou municipal. Si ces projets étaient approuvés d'ici 2023, la diminution de la production suisse de ciment décrite plus haut serait repoussée à la fin 2030.

    Réserves non encore autorisées

Il faut une vue d’ensemble nationale

La résolution des conflits d'intérêts est une tâche relevant de l'aménagement du territoire dans les cantons et les communes. Comme les gisements de matières premières ne connaissent pas de frontières cantonales, il faut une perspective nationale, des données de base et un dialogue entre les différents organes concernés.

Le Service géologique national de swisstopo, en collaboration avec les cantons et les milieux de la recherche et de l'industrie, élabore une vue d'ensemble des gisements potentiels de matières premières (y compris les matières premières du ciment). Cette vue d’ensemble peut servir de base aux autorités et aux producteurs de matières premières et les aider à remplir leurs tâches de planification.

Parallèlement au rapport sur les matières premières du ciment 2020 la DTAP, l’ARE, l’OFEV, cemsuisse et le Service géologique national de swisstopo ont élaboré le « Guide de planification pour l’extraction de matières premières primaires du ciment ». Ce document présente en détail les procédures de planification et offre une aide aux instances impliquées concernant les points à clarifier et les principales étapes procédurales relatives aux projets d’extraction.